Le forum où les familles mafieuses entrent en compétition.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Prose du transsibérien à la jeune Lidal de France. [Arencia/Lidal]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Chef du comité de discipline
Messages : 1225
Date d'inscription : 17/08/2013
Age : 19
MessageSujet: Prose du transsibérien à la jeune Lidal de France. [Arencia/Lidal] Mar 23 Juin - 0:08

L'hiver russe, le froid et la neige, Arencia ne craignait rien de tout cela dans son grand manteau de fourrure. Elle marchait tranquillement au son des différentes églises de Moscou sonnant en cœur six heures du matin. Arencia passa devant la place Rouge et afficha un sourire mélancolique, pourtant elle ne pris pas le temps de s'arrêter, elle ne s'arrêta qu'en voyant l'entrée de la gare d'Iaroslavl, son but premier. La jeune femme avait décidé d'aller en Russie -sa terre natale- pour fête le Noël russe en compagnie de sa famille. Et prendre le Transsibérien et voyager pendant deux était une étape obligée pour cela. Arencia arriva sur le quai, le train n'était pas encore là, alors pour passer le temps elle détailla les -rares- passagers qui comme elle attendait dans le blanc de la neige.
Finalement, le bruit singulier d'un train qui entre en gare se fit entendre, ses grands yeux blancs mélancoliques reflétèrent un brin d'excitation. Montant à bord elle se chercha une cabine confortable et elle se mit à observer le paysage, ses doigts tapotant doucement sur la table installée au centre de l'habitacle. Sans raison particulière Arencia se sentait plus mélancolique que les autres jours. En attrapant une mèche de ses cheveux rosés à l'aide de sa main gauche -l'autre tapotant toujours- elle se dit que c'était le fait de rentrer à la maison, elle se dit aussi que ce voyage s'annonçait prometteur, mais elle ne savait pas pourquoi, simplement l'instinct...
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Comité de discipline
Messages : 659
Date d'inscription : 17/08/2013
Age : 22
MessageSujet: Re: Prose du transsibérien à la jeune Lidal de France. [Arencia/Lidal] Mar 23 Juin - 1:23

"En ce temps-là j’étais en mon adolescence
J’avais à peine seize ans et je ne me souvenais déjà plus de mon enfance
J’étais à 16.000 lieues du lieu de ma naissance
J’étais à Moscou, dans la ville des mille et trois clochers et des sept gares
Et je n’avais pas assez des sept gares et des mille et trois tours
Car mon adolescence était si ardente et si folle
Que mon cœur, tour à tour, brûlait comme le temple
d’Éphèse ou comme la Place Rouge de Moscou
Quand le soleil se couche.
Et mes yeux éclairaient des voies anciennes.
Et j’étais déjà si mauvais poète
Que je ne savais pas aller jusqu’au bout."


Moscou... Moscou disparaissait. Ses toitures disparaissaient. Ses lumières disparaissaient. Tout se reflétait dans un regard azuré qui lui-même se reflétait dans la vitre. Et ce reflet-là aussi disparaissait, sous la buée du souffle chaud. Lorsqu'enfin Moscou ne fut plus qu'un souvenir, Lidal osa détourner la tête de la fenêtre glacée. La petite boule de poils qui dormait, blottie contre elle, était sa seule compagnie dans ce long voyage. Qui aurait cru qu'un jour elle irait se perdre au cœur de la Russie ? Certainement pas elle. Mais pour David, pour Margot et pour la tante Maureen, cette solitude était un sacrifice qu'elle acceptait de faire.

"J’étais très heureux insouciant
Je croyais jouer aux brigands
Nous avions volé le trésor de Golconde
Et nous allions, grâce au transsibérien, le cacher de l’autre côté du monde
Je devais le défendre contre les voleurs de l’Oural qui avaient attaqué les saltimbanques de Jules Verne
Contre les khoungouzes, les boxers de la Chine
Et les enragés petits mongols du Grand-Lama
Alibaba et les quarante voleurs
Et les fidèles du terrible Vieux de la montagne
Et surtout, contre les plus modernes
Les rats d’hôtel
Et les spécialistes des express internationaux.

Et pourtant, et pourtant
J’étais triste comme un enfant."


Bercée par les cahots du chemin, Lidal somnolait. Elle ne pensait à rien en particulier, si ce n'est à un poème...
Un courant d'air glaçant fit le tour du compartiment, triomphant d'avoir franchi la porte. Un simple coup d’œil à son côté suffit à montrer à la jeune fille l'absence de la loutre dormant... Étrangement, Moscou réapparut pour disparaître à nouveau dans les abîmes de sa mémoire. Tout à fait éveillée, elle se leva et sortit du compartiment, suivant une faible flamme bleutée qui disparaissait sur le sol. Disparaissait... Elle aussi. Dans le couloir, un homme aux lunettes bleues faisait les cent pas. Il s'arrêta un instant pour détailler la nouvelle venue, laissant un frisson de dégoût parcourir le dos de la jeune femme, avant de reprendre, inlassable, sa marche nerveuse. Plus loin, une petite blonde étrange qui frappait à la porte d'un compartiment. Entre les deux, le pelage d'un animal disparaissant dans une cabine à la porte légèrement entrouverte. Lidal ne prit pas le temps de prévenir qui que ce soit de quoi que ce soit et ouvrit en grand ladite porte.

_________________

Thanks a lot ♥️
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chef du comité de discipline
Messages : 1225
Date d'inscription : 17/08/2013
Age : 19
MessageSujet: Re: Prose du transsibérien à la jeune Lidal de France. [Arencia/Lidal] Mar 23 Juin - 15:16

Arencia tapotait toujours doucement sur la table en jouant avec ses mèches quand elle aperçue entrer dans sa cabine un petit être poilu 'une loutre' pensa-t-elle, la jeune femme afficha un petit sourire, qu'est-ce qu'une loutre faisait dans un train ? Surtout en Russie ? Et, alors qu'elle se penchait pour toucher l'animal qui n'avait pas l'air apeuré, la porte entre ouverte de l'habitacle s'ouvrit en entier. Arencia plissa légèrement les yeux tout en se relevant pour détailler la nouvelle arrivante de ses yeux coton.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Comité de discipline
Messages : 659
Date d'inscription : 17/08/2013
Age : 22
MessageSujet: Re: Prose du transsibérien à la jeune Lidal de France. [Arencia/Lidal] Sam 11 Juil - 0:36

Elle se sentit très stupide. Bien sûr qu'il y avait quelqu'un à l'intérieur !
Elle resta immobile un instant, dévisageant d'un air stupide la jeune femme qui lui faisait face. La main tendue vers sa loutre, elle jouait avec les mèches roses de ses cheveux. Ses yeux, était aussi blancs que la neige qui entourait le train, un peu fermés, l'air rêveur... Et aussi doux que du coton. En face, une banquette où régnaient un sac terne et un plaid bariolé. La fenêtre renvoyait le même paysage que celui observé par Lidal quelques instants auparavant et la loutre ne bougeait pas, continuant de regarder la jeune femme.
Tout ce que Lidal trouva de mieux à faire fut de sourire de ses lèvres colorées de bleu par les vents de glace et enchaîner avec une phrase en français, sans même se demander si la personne comprendrait...

- Excusez-moi... C''est ma loutre...

_________________

Thanks a lot ♥️
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Prose du transsibérien à la jeune Lidal de France. [Arencia/Lidal]

Prose du transsibérien à la jeune Lidal de France. [Arencia/Lidal]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil
» Technique du Jeune Jack
» Que pensez-vous de cette intervention de Levaillant Louis Jeune au Nouvelliste
» Mort d'un jeune journaliste/Adieu Bien-Cher, adieu mon ami
» Les rouge vs les bleu :Un jeune est assassiné à Montréal.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La guerre des familles mafieuses  :: La battaglia delle famiglie mafiose :: Le RPG sulla mafia-